Lifestyle

La simplicité pour être plus libre et gérer ton budget.

Dans une démarche responsable en lien avec mon attirance pour la simplicité j’applique ou essaie de trouver de nouvelles astuces au quotidien pour limiter mes consommations inutiles ou futiles ou du moins me contenter des choses essentielles autant que possible.

L’objectif de mener cette vie simple c’est que ça te donnes une certaine liberté. Au sens propre du terme en gardant tes sous de côté pour voyager mais aussi si tu dois déménager, partir vivre à l’étranger … Tu seras plus léger ou pourras concrétiser plus facilement tes projets.

A titre personnel, j’ai il y’a peu quitter mon travail, et bien j’ai été ravie de pouvoir faire une transition en douceur car j’avais la possibilité de continuer à gérer mes obligations financières sans devoir reprendre un job dans la précipitation.

D’un autre côté quand tu voudras une nouvelle acquisition si elle te semble justifiée après avoir pesé le pour et le contre selon tes nouveaux reflexes même si elle est onéreuse tu pourras te l’offrir et en jouir sans complexe.

Avec le temps j’ai compris qu’accumuler des choses de mauvaises qualités est sans interêt car tu es souvent déçu. Je préfère mettre le budget et apprécier de belles choses qui en valent la peine.

C’est un cheminement, je n’ai jamais aimé avoir beaucoup de choses qui remplissent mon espace de vie. J’avais en horreur les multiples bibelots que ma maman affectionnaient lorsque j’était petite. Sur d’autres points mes goûts se sont affinés et aujourd’hui je trouve beaucoup plus de plaisir dans une vie simple que dans une vie “encombrée” .

Pour moi la simplicité t’apporte indéniablement un certain confort.

J’ai regrouper quelques points que j’essaie de mettre en pratique.

Emprunter plutôt qu’acheter

L’un de mes plus gros point faible sont les livres. J’arrive difficilement à m’en départir. Alors j’en achête rarement j’essaie toujours de les chercher d’abord à la bibliothèque.

A Montréal le réseau de bibliothèque est hyper développé de plus il y’a masse de livre en format numérique. Même si je préfère de loin le papier idéalement j’essaie de m’adapter au format numérique plutôt que d’acheter un livre que je ne souhaite pas garder dans ma bibliothèque qui est à l’achat pour en rajouter dans ma bibliothèque déjà bien chargée.

Cela est valable pour d’autres biens comme des outils ou autre qu’on peut emprunter mais aussi prêter.

Reflexe de l’occasion

S’il y’a bien une chose qui me manque à Montréal ce sont les brocantes typiquement françaises. Pas tant pour ce que j’y trouvais mais pour l’événement , la balade, l’annonce du printemps, la convivialité. Pour ma part c’est un souvenir d’enfance. J’aimais beaucoup m’y rendre avec mon papa de toute petite à jeune adulte nous y allions ensemble.

Du coup l’occasion c’est un réflexe que j’adopte sans difficulté, en ligne et parfois dans les magasins de seconde mains. J’ai eu de bonne surprises plus d’une fois.

En France souvent les bibliothèque proposaient un endroit ou elle mettaient des livres en don. Des livres dont la bibliothèque se séparait mais surtout des livres que les usagers déposaient. C’est pas mal car ça te permet à toi aussi de libérer un peu tes étagères.

Ici j’ai remarqué que certaines bibliothèques proposent d’anciens livres pour un prix symbolique. Tu as aussi les boites à livres dans les rues ou les gens y déposent des livres et en récupèrent. En France j’en avais aussi observé près de chez moi.

Mais l’occasion c’est valable aussi pour les vêtements, accessoires de cuisine… voici une brève liste de ce que j’ai acheté ici à prix réduits:

(Il n’y a pas de taxes dans ces magasins donc le prix est net et vraiment très en dessous de prix réel)

-Blender ( plus en guise de dépannage car j’ai été habitué à un moteur plus puissant si c’était à refaire je ne prendrai pas ce modèle) 22,5$

-Grille pain Téfal 12,5$

-sêche cheveux 12$

-Thermos de la vrai marque pour emmener de l’eau ou de la boisson chaude pour les sorties au parc. 3,5$

-Gros electros ( ça c’est un gros fail voir article sur )

-Légos pour les enfants (quand j’en trouve je saute sur l’occasion car ça coûte 3 francs 6 sous et ils sont en excellent état) 6 ou 7$ le gros sachet

-Pull neuf de marque (en France j’avais plus facilement le reflexe pour les vêtements d’enfants première pour moi mais on peut vraiment trouver des choses interessantes en cherchant un peu) 6,5$

-Fer à repasser de voyage et de taille standart pour la couture respectivement 4 et 5,50$

-Voilages pour la cuisine 10$

-Boite de rangement pour les légos marque kis 3,5$

-Grande boite alimentaire rubermaid neuve 3,5$

Il n’y a pas de taxes dans ces magasins donc le prix est net et vraiment très en dessous de prix réel, par exemple un fer à repasser d’une sous marque m’aurais couté minimum 30$, les légos pour cette quantité plus de 50$.

Louer plutôt que posséder

Parfois on a besoin d’un outil qui coute très cher mais c’est pour l’usage d’une journée. En France nous devions faire la faïence de notre cuisine. On aurait pu aller acheter une machine de mauvaise qualité qu’on aurait utilisé une fois qui peut-être n’aurait même pas fait l’affaire. Aurait pris la poussière puis direction la poubelle. En somme de l’usage unique. J’ai préféré la louer. On s’est rendu chez loxam on a eu du materiel d’excellente qualité qu’on a pu garder pour plus de 24H ce qui nous suffisait amplement. Il y’avais aussi la solutution des sites entre particuliers mais étant assez préssés nous n’avons pas eu de réponse dans les temps.

Pour la petite anecdote on avait bien une carelette manuelle mais le faïence que j’avais choisis était en relief donc impossible de faire des coupes franches ( pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué haha!)

Et le neuf dans tout ça

Alors bien sûr que j’achète du neuf et parfois même sans avoir regardé côté occasion. Mais en général il s’agit plus d’objets robustes qui ont fait leurs preuves et que je pourrais garder longtemps. Produit que l’on trouve plus difficilement d’occasion ou qui serait une idée douteuse de les prendre d’occasion tant l’arnaque est facilement possible.

Désirer ce que l’on a.

Nos besoins sont en réalité très limités mais on a tendance à s’en créer vraiment facilement hélas.

Pour finir peu importe que ça soit neuf, occasion ou autre je dirais que le plus important c’est de désirer ce que l’on a et ne pas trop céder à la société qui nous pousse au toujours plus.

Parfois on tombe dans le vis en se disant que ça coute rien pour ce que c’est mais au final si c’est pour n’en avoir aucune utilité de mon côté je préfère passer mon chemin.

Voilà j’espère que ces petites astuces pourrons aussi te guider vers une démarches plus responsable qui pourrait aussi t’aider à concrétiser tes projets et vivre plus léger.

Nourkhty.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *